Collectif Scale : « rendre visible l’invisible »

Scale est un collectif d’artistes et techniciens qui a décidé de centrer son travail sur la scénographie de concert, un domaine qu’il considère comme peu développé alors même que le live est devenu un enjeu central pour les artistes et que les outils technologiques se sont multipliés. Invité par la Gaité Lyrique à concevoir une exposition autour de la musique et du visuel dans le cadre du Paris Musique Club jusqu’au 31 janvier, nous avons discuté avec Joachim Olaya, co-fondateur du collectif.

Muzrs : Pourquoi et comment en êtes-vous arrivé à travailler sur des projets musicaux?

Joachim Olaya : Scale c’est avant tout un collectif de copains qui rassemble des personnes en provenance d’univers variés. A l’origine je suis ingénieur du son et graphiste et par ce biais j’ai pas mal évolué dans les sphères de la musique et du spectacle. Les autres sont principalement dans la post-production, le motion design et la scénographie. Après s’être rencontré à l’école on a pris des chemins professionnels différents et bossé un certain nombre d’années dans des agences de communication ou de production. C’est en allant régulièrement voir des concerts qu’on a constaté une certaine pauvreté dans les propositions scénographiques et visuelles. On s’est dit qu’il y avait beaucoup de choses à faire dans ce domaine, en amenant de vraies compétences professionnelles.

Muzrs : Pour vous, quel doit être le rôle de la scénographie dans un projet musical ?

A l’origine le travail scénographique dans le concert se limitait à la lumière. Au fil des années et avec le développement des outils numériques – vidéos, mapping, led etc. – on est allé vers des objets plus aboutis, créés pas des professionnels souvent issus du spectacle vivant, du décor, de la construction etc. Pour moi ces outils sont uniquement là pour servir et « augmenter » le propos musical. Si le public veut se contenter de la musique il a pour ça les enregistrements, le disque. Mais quand on va à un concert c’est pour vivre un peu plus que de la musique.

Muzrs : Tu parles « daugmenter » la musique, quentends-tu par là ?

Effectivement c’est vraiment comme ça qu’on voit notre travail : c’est bien le projet musical qui est le point de départ et nous on réfléchi à comment lui donner des dimensions perceptives supplémentaires, qui vont exciter d’autres sens.

Muzrs : Comment se passe le processus de création avec les artistes ?

C’est vraiment au cas par cas. Le projet avec Agoria par exemple, c’est lui qui nous a demandé de concevoir quelque chose, il nous a alors donné carte blanche pour travailler autour de sa musique. Assez souvent ce sont des artistes que l’on connaît personnellement et toujours des artistes qu’on apprécie musicalement, c’est primordial. Pour Carl Craig, j’avais déjà travaillé avec lui en tant qu’ingénieur du son et il me faisait donc confiance pour comprendre sa musique et son propos. Pour Christine & The Queens c’était un peu différent parce qu’on ne la connaissait pas du tout et qu’elle avait déjà des idées et un cahier des charges précis.

forms4.jpg

Agoria – Forms, par Scale

 

Muzrs : Quel a été le processus de création pour lexposition Paris Musique Club ?

A l’origine, Scale est spécialisé dans la scénographie de concerts. Rapidement nous avons un peu dérivé dans la muséographie et aujourd’hui le Paris Musique Club nous a permis de faire nos premières installations. La Gaité Lyrique est un endroit qu’on a tous beaucoup fréquenté et pour lequel nous avions déjà travaillé, comme sur le projet Versus 2.0 de Carl Craig, Francesco Tristano et Moritz Von Oswald. Sur ce projet, la feuille de route était assez large : faire une exposition autour de la relation entre visuel et musique. Pour nous la thématique sous-jacente était « rendre visible l’invisible ». A partir de là on a présenté douze idées d’installations et la Gaité Lyrique en a choisi six, qu’on peut aujourd’hui voir dans l’expo.

1020s-Paris-Music-Club-2015-©-Teddy-Morellec-3-810x540.jpg

Installation de mapping au Paris Musique Club, par Scale

Muzrs : Quelle est la place de la scénographie dans la performance musicale aujourdhui ? Vous semble-t-elle indispensable dans un projet musical ?

La scénographie ne doit vraiment pas être là pour pallier un manque dans la production musicale. C’est malheureusement le cas dans nombre de projets. Nous pensons uniquement en terme de médiums et le but c’est juste d’aller un peu au-delà de l’environnement musical pur. Nous sommes à l’ère de l’interactif, de l’immersif et le multimédia devient la norme dans de nombreux domaines. Moi qui travaille beaucoup dans le spectacle, la vidéo y prend par exemple une place de plus en plus importante. Je pense que c’est ce que le public veut : de l’innovation et de l’expérience. Cependant, cela ne doit pas surtout pas être automatique parce que ce n’est pas toujours pertinent.

Muzrs : Il faut dire que le live est aujourdhui un enjeu central dans la carrière des artistes qui y voient un moyen de palier aux baisses des revenus du disque.

Tout à fait, et proposer une vraie performance live est clairement devenu un outil marketing. Agoria est un Dj, et aussi talentueux soit-il, il a joué dans des salles et des festivals auxquels il n’aurait pas pu accéder sans le projet Agoria Forms. Tout simplement parce qu’une performance de Dj, immobile derrière des platines ou un ordinateur, ça n’a pas suffisamment d’impact visuel ! Au fils des expériences, on ressent depuis longtemps le changement qui s’opère dans le modèle de production du live : dès qu’un projet commence à marcher on se pose la question de la scénographie. Du coup, le domaine se structure et se professionnalise, les festivals sont en demande, les salles sont de mieux en mieux équipées… C’est très positif.

Publicités

Catégories :Créatifs, Interviews

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s